La section aquacole des GDS Hauts-de-France

La quasi-totalité des salmoniculteurs des Hauts de France  sont adhérents (volontaires) à la section aquacole de la FRGDS , via leur GDSA .cette section a été créée en 2017 .

PANORAMA de la pisciculture continentale en REGION Hauts-de-France :

La truite arc-en-ciel représente la très grande majorité des poissons élevés dans la Région même si on trouve aussi les autres salmonidés habituellement élevés partout en France.

Les truites sont généralement acheminées vivantes aux clients : grossistes, parcours de pêche et sociétés de pêche, industries de transformation.

La salmoniculture des Hauts de France en quelques chiffres … :

Production moyenne : 7 000 Tonnes / an (20 % production française de salmonidés)
Nombre de sites de production : 50
Nombre d’entreprises : 30
Commercialisation : 60 % Grossistes (France et export)

15 % Transformation régionale

20 % Pêche loisir

5 % Divers (repeuplement, négoce, détail)

La production est essentiellement réalisée dans le Pas-de-Calais et dans la Somme, où coexistent de grandes unités de production et des piscicultures de petite taille axées sur des marchés de proximité.

Source: Wikimédia

Alliant tradition et modernité, la pisciculture régionale est aujourd’hui une économie rurale saine, dynamique et compétitive. Certaines piscicultures possèdent des petites unités de transformation et de conditionnement du poisson. D’autres participent pleinement à la vie économique régionale en proposant une activité de pêche loisir, en organisant des visites de leur élevage ou disposent d’un « magasin » de produits régionaux à base de truite sur le site.

D’une manière générale, les piscicultures jouent un rôle dans le développement des territoires ruraux, où se sont installés :

  • des entreprises de fabrication d’aliments pour l’aquaculture (Trouw France, 02), ou de transformation et de commercialisation du poisson (Truite Service, 62)
  • des centres de formation aquacole (Coulogne (62), Eclusiers Vaux (80))
  • de très nombreux parcours de pêche

 

FORCES – OPPORTUNITES DE DEVELOPPEMENT LOCAL

Le contexte local est particulièrement favorable au développement de l’aquaculture dans la Région :

  • Présence d’une nouvelle génération de pisciculteurs, dynamiques, ouverts aux innovations et conscients de leurs responsabilités environnementales…
  • Savoir-faire traditionnels (Pas-de-Calais et Somme notamment)
  • Conditions environnementales favorables pour l’élevage (salmonidés notamment)
  • Situation géographique privilégiée pour le marché de l’exportation
  • Fort développement de l’activité « pêche loisir » permettant de valoriser la production sur des marchés de proximité (tourisme rural, confiance du consommateur renforcée…)
  • Structuration des professionnels en une structure syndicale représentative depuis 1967 et disposant d’un conseiller aquacole
  • Présence de nombreux partenaires :

            Pôle de Compétitivité AQUIMER,

            Plate-forme d’innovation NOUVELLES VAGUES,

            Industries de transformation des produits aquatiques, de valorisation des sous-produits,

            Centres scientifiques et techniques (IFREMER,…),

            Organismes de formation en aquaculture…

  • Mise en place du Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche

Enveloppe de 3 millions d’euros dédiée aux investissements productifs dans le secteur aquacole

  • Mise en place de la déclinaison locale du régime d’exemption des Agences de l’Eau au niveau du bassin Artois-Picardie

Enveloppe dédiée à la réalisation du plan de progrès dans le bassin

Ces 10 dernières années, les professionnels ont beaucoup investi dans le nord de la France, pour moderniser leur outil de production afin d’améliorer la productivité, la qualité des poissons produits, et limiter l’impact sur l’environnement (plusieurs millions d’euros ont été investis).

Les pisciculteurs poursuivront les efforts entrepris, conscients néanmoins que l’environnement économique et politique facilitera ou non leur tache.

Auteur: Frédéric BISSON
Source: Wikipédia

Organisation de la filière piscicole continentale en Hauts de France

Structures locales représentatives :

  • Syndicat des Pisciculteurs Nord de France

Louis-André Rohart, Président

  • Groupement de Défense Sanitaire Aquacole Nord Pas de Calais et Picardie (GDSA)

Robert JORGENSEN, Président

  • NORDPECHE, Association de Pêche Loisir du Nord de la France

Vincent ROZE, Président

Focus sur le Syndicat des Pisciculteurs Nord de France :

Objet : ETUDE ET DÉFENSE DES INTÉRÊTS COMMUNS AUX PISCICULTEURS

Siège social : Pisciculture du Moulin du Roy à REMY (62)
Siège administratif : Lycée de COULOGNE (62)
Président : Louis-André ROHART
Conseiller aquacole : Bernard TROIN (2001 – …), CDI plein temps
Représentativité : > 90 % des producteurs

Les pisciculteurs de la Région Hauts-de-France sont fortement impliqués dans leur syndicat régional (relations avec administrations, les centres d’enseignements et autres nombreux partenaires, suivi des sujets d’actualités tels que le FEAMP, le Plan de Progrès ou la qualification sanitaires des élevages…), mais aussi dans les travaux des structures nationales.

Le conseiller aquacole apporte son aide en fonction des besoins exprimés par les pisciculteurs adhérents, par exemple au niveau des dossiers d’autorisation préfectorale ou des dossiers de demande de subvention. Il peut être amené à représenter les professionnels régionaux au sein de différentes réunions internes ou externes à la filière. A l’interface entre les structures nationales et les pisciculteurs, le salarié joue un rôle de diffusion de l’information, de sensibilisation des professionnels aux obligations et démarches de progrès… Actuellement, la mise en application du plan de progrès au niveau local ainsi que les démarches de mise en place du FEAMP et du régime d’exemption des agences de l’eau sont par exemple des sujets qui mobilisent très largement le conseiller.

Le Bureau du Syndicat des Pisciculteurs Nord de France :

Président             Louis-André Rohart (62)

Vice-Président    Alexis CLERET (62)

Vice-Président    Gérard DOMINIQUE (80)

Secrétaire            Julien JORGENSEN (62,80)

Trésorier              Philippe RENOU (62,80)

Contact : Syndicat des Pisciculteurs Nord de france

Tél : 03 21 85 49 97 – 06 24 61 87 03 – Email : btroin@lapisciculture.fr

 

Groupement de Défense Sanitaire Aquacole Nord Pas de Calais Picardie

Objectif : Soutien au développement de démarches sanitaires collectives
Siège administratif : Lycée de COULOGNE (62)
Représentativité : 100 % des producteurs (seule une pisciculture dont le siège

social est en Normandie n’adhère pas au GDSA)

Fédérations Départementales des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques

Association NORDPECHE

Piscicultures expérimentales, pédagogiques, et associatives (FDAAPPMA, AAPPMA)

Contact : B. Troin

Création en 1988 d’un GDSA 62, puis extension à l’ensemble des Hauts-de-France en 1998

 

Les membres du Conseil d’Administration sont les suivants :

Président JORGENSEN Robert Producteur 62,80
Vice – Présidents BLANCHARD Michel Président de la Fédération des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques de la Somme
PASSOT Benoit Producteur et représentant de l’association Nordpeche
Secrétaire RENOU Jean-Charles Producteur 62
Trésorier ROHART Louis-André Producteur 62
DOMINIQUE Benjamin Producteur 80
BAJEK Aline Productrice 59
JORGENSEN Philippe Producteur 62,80
SAILLIOT Pascal Président de la Fédération des Associations Agréées pour la Pêche et la Protection des Milieux Aquatiques du Pas-de-Calais

Le GDSA apporte un appui dans les domaines suivants :

  • Obtention des agréments zoosanitaires
  • Qualification indemne de SHV et NHI des élevages piscicoles
  • Participation financière aux analyses virologiques
  • Vides sanitaires

Les adhérents s’engagent à ne pas déverser du poisson en amont d’une autre pisciculture, sans l’accord écrit du pisciculteur concerné.

Actuellement le GDSA participe activement à la mise en place du PNES au niveau des Hauts-de-France, véritable région pilote du programme.