Qu’est ce que l’antibiorésistance Réglementation Et concrètement ?

Qu’est ce que l’antibiorésistance ?

L’antibiorésistance, une défense naturelle des bactéries qui met en péril l’usage des antibiotiques

La lutte contre les antibiorésistances est un enjeux majeur de santé animale comme de santé humaine. En effet, l‘apparition de plus en plus fréquente de résistances à un antibiotique a pour conséquence d’affaiblir l’efficacité de l’arsenal thérapeutique des traitements humains et animaux.  Ce sont les même molécules pour soigner hommes, animaux domestiques, animaux de rente, … donc les mêmes résistances.
Face à ce constant alarmant, les différentes institutions de santé européennes et mondiales se mobilisent auprès de tous les acteurs de la santé humaine et animale, et mettent en place des plans d’action visant à réduire l’utilisation des antibiotiques et à diffuser les bonnes pratiques de prescription et d’administration.
« Traitons moins – Traitons mieux »

L’antibiorésistance, qu’est-ce que c’est ?

Un phénomène de résistance aux antibiotiques* de certaines bactéries. L’antibiotique est moins, voir plus du tout, efficace pour soigner un être vivant atteint d’une pathologie infectieuse d’origine bactérienne. *Un antibiotique est une substance naturelle ou synthétique spécifiquement utilisée contre le développement de bactéries. Il a la capacité soit de stopper la multiplication bactérienne (bactériostatique) soit de détruire les bactéries (bactéricide).

Comment une bactérie devient-elle résistante ?

Toute utilisation d’antibiotique engendre une pression environnementale favorable à la sélection et au développement de bactéries moins sensibles ou résistantes. Ces dernières vont donc persister et se multiplier pour devenir prépondérantes par rapport aux bactéries non résistantes. C’est la sélection naturelle. Une bactérie acquiert une résistance de 2 façons :
  • Naturelle : les bactéries d’une espèce possèdent au sein de leur patrimoine génétique des séquences d’ADN conférant un caractère de résistance aux antibiotiques. La résistance est alors stable au sein de l’espèce et se transmet à la descendance de façon héréditaire
  • Acquise : concerne plusieurs bactéries d’une espèce. L’acquisition du caractère de résistance est dû soit par une mutation chromosomique de la bactérie soit par une mutation extra-chromosomique via les plasmides (séquence d’ADN indépendant et mobile transférable entre bactéries appartenant ou non à la même espèce).
La mutation extra-chromosomique se caractérise par des transferts horizontaux (cliquez ici pour voir les schémas). Les transferts horizontaux sont à l’origine de la dissémination importante de la résistance au sein des populations bactériennes : les échanges de ces gènes de résistance portés par les plasmides se réalisent entre les bactéries pathogènes mais également avec et entre les bactéries commensales et de l’environnement. Il n’y a pas de frontière entre humains, animaux et environnement ! 

Comment de l’antibiorésistance apparait-elle dans nos élevages ?

L’utilisation massive et répétée des antibiotiques a conduit à l’apparition d’antibiorésistance chez les bactéries. Toute utilisation d’antibiotiques engendre une pression sur les bactéries pour la sélection des moins sensibles. Ponctuels au départ, les cas de résistances des bactéries face à certains traitements sont devenus préoccupants surtout que, depuis 1987, aucune nouvelle molécule n’a été créée et qu’en parallèle la surconsommation des antibiotiques, notamment dans les élevages d’animaux de rente et après des animaux de compagnie, favorise et accélèrent les processus d’apparition d’antibiorésistance dans les élevages.

Quels sont les enjeux liés à l’antibiorésistance ?

La surconsommation d’antibiotiques est responsable de l’augmentation de l’émergence de résistances bactériennes aux antibiotiques faisant craindre des impasses thérapeutiques de plus en plus fréquentes que ce soit en médecine humaine ou animale. En effet, n’existant pas de frontière entre humains, animaux et environnement pour les transferts de résistances entre bactéries, notre propre santé mais aussi celle des animaux d’élevage est menacée et des maladies infectieuses pourront à nouveaux tuer par manque de traitements efficaces.

Quelques chiffres de l’OMS* et du ministère de la santé et de l’agriculture :

« En France, 158 000 patients hospitalisés présentent des cas d’antibiorésistance dont 12 500 patients qui meurent suite à une infection bactérienne. » « Dans l’ensemble de l’Union Européenne, c’est 25 000 décès par an, et dans le monde, c’est 700 000 décès… » « Si aucune mesure n’est mise en place : 10 millions de décès sont prévus en 2050. » *OMS = Organisation Mondiale de la Santé

Affiches de sensibilisation du Ministère de la Santé français

 La lutte contre l’antibiorésistance est un enjeu mondial de santé animale et humaine !